Dix fonctions cool

1

Tra­vailler dans plusieurs fenêtres (Onglet du nav­i­ga­teur). Cela per­met d’éditer plusieurs sujets simul­tané­ment en pas­sant d’une fenêtre à l’autre.

2

La qua­tre langues al / fr / it / anglais peu­vent être définies indi­vidu­elle­ment pour chaque util­isa­teur ain­si que pour chaque client et peu­vent être com­binées à volonté.

3

: Syn­chro­ni­sa­tion automa­tique avec les pro­grammes de mes­sagerie pour le cal­en­dri­er, les tâch­es, les con­tacts ain­si que les mes­sages entrants et sor­tants. Nou­veauté : les rap­ports sont disponibles sous forme de fichiers Word modifiables.

4

L’ Ges­tion­naire de fichiers: per­met d’en­reg­istr­er des polices, des fac­tures, des offres, etc. et de créer des struc­tures de fichiers indi­vidu­elles (comme l’ex­plo­rateur Win­dows). Nou­veau : com­pres­sion de fichiers.

5

Accès à tout moment et partout dans le monde avec n’im­porte quel nav­i­ga­teur dans n’im­porte quel sys­tème d’ex­ploita­tion via une con­nex­ion de don­nées pro­tégée. Aucune instal­la­tion sur l’ap­pareil n’est nécessaire.

6

Bro­ker­Weble por­tail client per­met l’échange d’in­for­ma­tions, de doc­u­ments, de proces­sus et de rap­ports avec vos clients.

7

Authen­tifi­ca­tion à deux fac­teurs (2FA)  sorgt für ein sicheres Login. Für den Zugriff auf Bro­ker­Web wird das pro Kunde mit einem Klick kon­fig­uri­ert. Ab 09/22 auch für Bro­ker­Star verfügbar.

8

Des inter­faces per­me­t­tre la con­nex­ion à des pro­grammes tiers. Pour de nom­breuses appli­ca­tions, elles sont disponibles en stan­dard. (Sobra­do, 3C, One Bro­ker, bro­ker­busi­ness, Aba­cus, Sage …)

9

Proces­sus sans dis­con­ti­nu­ité médi­a­tiqueest le nom don­né aux flux de tra­vail automa­tisés dans lesquels une série d’ac­tions sont effec­tuées sans inter­ven­tion manuelle, par exem­ple le proces­sus de facturation.

10

Per­son­nal­i­sa­tion de nom­breux paramètres. Par exem­ple, les infor­ma­tions du tableau de bord, l’af­fichage des colonnes, les fil­tres, le traite­ment du texte et la con­cep­tion réac­tive qui s’adapte à tout appareil.

La perfidie des cybercriminels

Logi­ciel malveil­lant déguisé en can­di­da­ture.
Un logi­ciel malveil­lant déguisé en can­di­da­ture. Les attaques via Inter­net se mul­ti­plient. Gisela Kipfer, du Cen­tre nation­al pour la cyber­sécu­rité, con­naît les ficelles des malfaiteurs.

Madame Kipfer, qui peut être vic­time d’une cyber-attaque ?

Les attaquants se con­cen­trent sur tous les sys­tèmes vul­nérables, qu’il s’agisse d’en­tre­pris­es, d’ad­min­is­tra­tions ou de per­son­nes privées. L’ob­jec­tif des pirates est tou­jours de réalis­er le plus grand prof­it pos­si­ble avec le moins d’ef­forts pos­si­ble. Dans le cas des ran­somwares, il con­vient en out­re de not­er que, du point de vue des pirates, les don­nées cryp­tées ne jouent aucun rôle : S’il s’ag­it de don­nées qui ont une valeur économique ou per­son­nelle pour la vic­time, celle-ci sera prob­a­ble­ment prête à accepter la demande de rançon.

Les e‑mails con­tenant des logi­ciels malveil­lants sont de plus en plus per­son­nal­isés, par exem­ple sous forme de can­di­da­tures ou d’of­fres. Com­ment les auteurs pré­par­ent-ils une attaque ?

Sou­vent, les pirates recherchent sur le site web des vic­times poten­tielles des infor­ma­tions utiles telles que les rap­ports annuels des entre­pris­es ou des infor­ma­tions sur les col­lab­o­ra­teurs.  

Com­ment une entre­prise peut-elle se pro­téger con­tre les cyberattaques?

Si les prin­ci­pales règles de base sont respec­tées, il est néan­moins pos­si­ble de réduire le risque d’at­taques par ran­somware ou de cyber­at­taques en général. Cela implique la mise en œuvre de la pro­tec­tion de base, par exem­ple la sauve­g­arde régulière des don­nées, les mis­es à jour, les pare-feu, les antivirus et autres. En out­re, des mesures organ­i­sa­tion­nelles doivent être pris­es, par exem­ple dans le domaine de la ges­tion de crise et de la com­mu­ni­ca­tion de crise. La sen­si­bil­i­sa­tion per­ma­nente des col­lab­o­ra­teurs joue toute­fois un rôle tout aus­si impor­tant. Les mesures organ­i­sa­tion­nelles et tech­niques n’ont l’ef­fet escomp­té que si les col­lab­o­ra­teurs com­pren­nent pourquoi ils doivent tenir compte de cer­taines choses. 

“S’il n’y a pas d’al­ter­na­tive au paiement d’une rançon, les forces de l’or­dre appor­tent leur sou­tien dans les négo­ci­a­tions avec les criminels”.

Que faire si, mal­gré tout, une attaque s’est produite?

Les sys­tèmes infec­tés doivent être immé­di­ate­ment décon­nec­tés du réseau. Les copies de sauve­g­arde doivent être sauve­g­ardées le plus rapi­de­ment pos­si­ble si elles sont encore disponibles ou si elles n’ont pas encore été chiffrées. Et celles-ci doivent être séparées physique­ment du réseau infec­té le plus rapi­de­ment pos­si­ble. Les copies de sauve­g­arde devraient de toute façon être décon­nec­tées de l’ordinateur/du réseau après chaque opéra­tion de sauve­g­arde. Si les don­nées ont été cryp­tées et qu’au­cune sauve­g­arde n’est disponible, le site Inter­net https://www.nomoreransom.org/ pro­pose des con­seils utiles pour iden­ti­fi­er les logi­ciels malveil­lants et la pos­si­bil­ité de télécharg­er des clés déjà connues. 

Quel est le mon­tant de la rançon demandée ?

Il est très dif­fi­cile d’es­timer le mon­tant d’une rançon, car le NCSC n’est que rarement infor­mé du paiement d’une rançon. L’ex­péri­ence mon­tre que le mon­tant des sommes demandées est sou­vent adap­té aux pos­si­bil­ités finan­cières des victimes.

Qu’est-ce qui est le plus utile : faire appel à la police ou sim­ple­ment payer?

Le Cen­tre nation­al de cyber­sécu­rité décon­seille le paiement d’une rançon. Dans tous les cas, il con­vient toute­fois de dépos­er une plainte pénale auprès de l’au­torité de police com­pé­tente. Celle-ci con­seille les vic­times sur la marche à suiv­re, notam­ment en ce qui con­cerne la com­mu­ni­ca­tion avec les auteurs de l’in­frac­tion et le com­porte­ment à adopter vis-à-vis de ces derniers. Si, en out­re, il n’ex­iste pas d’al­ter­na­tive au paiement d’une rançon, les autorités de pour­suite pénale appor­tent leur sou­tien dans les négo­ci­a­tions avec les crim­inels dans le but de pay­er le moins de rançon possible.

Source: Basler Zeitung, 06.01.2022

 
 
 

Cyber­sécu­rité chez WMC

Selon le Cen­tre nation­al pour la cyber­sécu­rité (NCSC) de la Con­fédéra­tion, les men­aces provenant d’In­ter­net sont en con­stante augmentation.

WMC se con­cen­tre sur la sécu­rité infor­ma­tique depuis des années et sou­tient ses clients avec des solu­tions de sécu­rité. Ceci s’ap­plique égale­ment à la pro­tec­tion des don­nées Bro­ker­Star hébergées par WMC. En rai­son de cette évo­lu­tion, les mesures ont été mas­sive­ment éten­dues au cours des derniers mois. En out­re, l’ensem­ble de l’in­fra­struc­ture infor­ma­tique fait l’ob­jet d’un audit per­ma­nent par un cab­i­net d’au­dit agréé.

À par­tir de 2021, un cer­ti­fi­cat d’au­dit indi­vidu­el sera égale­ment délivré aux clients intéressés. Cela sert d’i­den­ti­fi­ca­tion pour vos clients et pour la con­for­mité dans le cadre du sys­tème de con­trôle interne (SCI).